Bienvenue au domaine de la famille di Leostilla
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Halle de Langres : [RP] La promise désenchantée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angeline
Feu Baronne
avatar

Messages : 220
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : Annecy

MessageSujet: Halle de Langres : [RP] La promise désenchantée   Jeu 13 Mai - 12:17

Ange.line a écrit:
[rp]A la sortie du champs de tir où elle avait croisé le regard de son futur époux, Ange s'engouffrait dans les ruelles étroites de la ville. Elle n'avait nulle envie de mieux connaitre cet homme et l'éviter est ce qu'elle pouvait faire de mieux. Aussi, précédée par Dagon qui lui éviterait certainement de mauvaises rencontres, la petite nobliaude marchait d'un pas rapide loin du lieu où se situait le seigneur Marchais.

Les ruelles n'étaient pas vraiment bien fréquentées et elle aurait sans doute pu trouver un autre passage pour s'éclipser de la place mais la jeune fille avait toujours l'art de se retrouver dans les pires endroits qui existaient.

Des bruits de course se firent entendre derrière elle. Se retournant, elle le vit arriver précipitamment ... impossible ... [/rp]

Manu95 a écrit:
Au stand de tir à l’arc, un jeune nobliaute estrangère décoche ses flèches. Pour un langrois lambda, elle reste une nobliaute estrangère, mais pour le seigneur Marchais, c’est sa future promise, qui en le voyant, loupe son dernier tir et s’enfuis en toute hâte. Le seigneur prend alors ses dispositions avant de tenter de la suivre.
SEIGNEUR MARCHAIS : Jean, veille à ce que tout se déroule bien. Mémorise les meilleurs tireurs.

JEUNE PAGE : bien mon noble seigneur

Le noble s’engage alors dans les ruelles, dans la direction de fuite de la jeune savoyarde. Courant à une allure soutenue, il ne tarde pas à rejoindre celle avec qui il se voit déjà en noces. Elle se retourne alors même qu’il allait lui saisir l’épaule.

SEIGNEUR MARCHAIS : Ou donc allez-vous si prestement, ma noble promise ? Seriez-vous déjà prompte à m’éviter, alors même que nos épousailles n’aient encore été célébrées ?

Le seigneur la regarde d’un air interrogateur.

Ange.line a écrit:
[rp]C'était bien lui, le seigneur Marchais-en-Brie, qui l'avait suivie dans cette ruelle sinueuse. Dagon à ses côtés, la jeune femme ne craignait rien mais malgré tout, son coeur battait fort dans sa poitrine et ce n'était pas dû à la course. Cherchant son souffle tout en posant ses yeux sur cet ennemi imposé face à sa liberté, la jeune fille tenta de prendre un air de rien.

Ange se fit presque hautaine dans ses gestes, et pourtant c'était loin d'être sa façon d'être. Relevant le menton pour s'adresser à l'homme imposant qui avait posé la main sur elle, elle lui répondit.

Vous fuir mon seigneur ? Mais quelle idée ! J'étais juste pressée de rentrer à mon auberge ! Mais s'il sied à mon promis de croire que je l'évitais, j'en suis navrée.

Reprenant une marche lente, un sourire moqueur au coin des lèvres, le petite nobliaude ne voulait pas satisfaire la curiosité de cet homme.

Dagon observait la scène à côté de sa protégée. [/rp]

--Dagon a écrit:
[rp]Voyant le malaise d'Angeline, Dagon avait compris qu'elle n'avait nulle envie de ce mariage et était encore moins attirée par cet homme. C'est ce dont il avait eu peur quand il constatait ses fugues et qu'elle l'avait rencontré par deux fois la nuit, au détour d'une taverne. Le garde avait bien vu ses jolis sourires et son regard pétillant en parlant à cet homme.

Mais visiblement, l'annonce de ce mariage par son maître le Baron Remus n'enchantait pas la jeune fille. Il avait assisté à l'annonce du contrat, vit sa fleur se fâner au même titre que son coeur qui tomba en poussière.

Dagon était en colère. Remus lui avait ordonné de servir Angeline quand elle serait l'épouse de Marchais. L'épouse ... cela signifiait qu'il allait la toucher, la prendre dans ses bras, l'embrasser peut-être ... A chaque instant, le jeune garde se contrôlait pour ne pas exploser dans une vague de violence tourné contre cet homme, car envers son maître, il se refusait le droit à la colère.

Aussi quand le Seigneur les poursuivit dans cette allée, qu'il posa une main sur la prunelle de ses yeux, quelque chose en lui s'immisca dans ce qu'il y avait de plus haineux en lui.

Il frappa le poignet de Marchais pour lui faire ôter sa main de la jeune fille. Le geste n'avait pourtant rien de malsain mais Dagon ne se contrôlait plus du tout.

D'un voix mauvaise, Dagon s'adressa à Marchais, la main se posant sur la poigne de son épée.

Ne la touchez pas !!! Elle n'est pas encore vôtre ! Si elle ne veut pas vous parler, c'est son droit ! Angeline ... Il ne l'avait jamais appelé par son prénom sans utiliser les sobriquets habituels de demoiselle ou de dame. ne vous appartient pas !

Il ne vit pas le regard de la jeune femme, surprise, se posant sur lui puis sur le seigneur. La folie l'avait gagné et il ne laisserait plus cet homme la toucher. [/rp]

Manu95 a écrit:
La jeune dame semble rester fuyante, même si elle en a beau prétendre le contraire. Le seigneur s’apprête à le lui signifier lorsqu’un individu qu’il n’a à peine remarqué jusqu’alors, s’interpose et lui écarte le bras de sa promise.

Ne la touchez pas !!! Elle n'est pas encore vôtre ! Si elle ne veut pas vous parler, c'est son droit ! Angeline .... ne vous appartient pas !

Le seigneur Marchais reste interdit pendant deux seconde. Jutes deux secondes. C’est le temps qu’il lui faut pour réagir à cet outrage. C’est le temps qu’il à suffis au jeune page jean d’aller se refugier derrière un tonneau. C’est qu’il connaît bien son maître ce servant. Ses colères épiques, lui ont parfois valu de bien tristes déboires par le passé. Mieux vaux ne pas se trouver entre les deux futurs adversaires. D’ailleurs le Seigneur Marchais réplique à présent. Brutalement il repousse violement dagon avant de porter lui aussi main sur le pommeau de son arme, et de lancer sur un ton sec et fort.

SEIGNEUR MARCHAIS : Qui est tu pour oser porter le verbe et la main sur un noble seigneur ? Qui est tu pour parler de ta maitresse avec une aussi odieuse familiarité ? Un simple garde de ton espèce ne devrait même pas songer à s’autoriser une telle folie ! Présente nous prestement tes excuses, ou je ne me garderais point de t’enseigner l’étiquette à ma manière !

Le seigneur Marchais bouillonne déjà intérieurement. Une rivalité inconsciente se jouerait t’elle ?

--Dagon a écrit:
[rp]La force du Seigneur Marchais fut une surprise pour Dagon. Prit dans le tourbillon de la folie qui le guidait, le sentiment qu'on lui arrachait à la fois le coeur et les tripes le maintenait dans un état second.
Angeline était sa protégée et cet homme allait massacré ce qui lui restait de joie de vivre.
Déjà qu'il la voyait sa fleur se ternir chaque jour, impuissant, il ne pouvait supporter que dans quelques semaines il la perdrait à tout jamais.
Aussi se redressant, faisant fi des convenances qu'il trouvait de plus en plus absurdes, Dagon se campa entre Angeline et son "agresseur".

Je suis son garde du corps et aussi son ami ! Le seul qu'il lui reste depuis toute cette mascarade ! Vous êtes peut-être noble mais mademoiselle aussi ! Et vous vous permettez ce que vous me reprochez ! Respectez là au moins ! C'est à vous de lui faire des excuses !

L'épée était sortie. Dagon ne pouvait reculer et se laisser humilier de la sorte devant celle qu'il aimait plus que tout. [/rp]

Ange.line a écrit:
[rp]Ange observait la scène, poussée à reculer face à la violence dont avait fait preuve Dagon et Marchais l'un envers l'autre. La jeune fille ne comprenait pas ce qu'il se passait dans la tête de Dagon. Il voulait la protéger, noble sentiment de sa part mais il n'y avait pas eu de réel danger et bientôt cet homme serait son époux.

Aussi tandis qu'elle tentait de se mêler de la conversation, l'épée de Dagon se positionna entre elle et Marchais. Son visage blêmit. Il est vrai que Dagon l'appelait, dans l'intimité, par son prénom sans prendre le soin des convenances, depuis le temps qu'ils se connaissaient. Et sous le coup d'une pulsion, il s'était permis de le faire en public. Cela importait peu pour Angeline mais visiblement, le Seigneur Marchais n'avait pas la même vision des choses. La tension montait et Ange commençait à sérieusement paniquer ...


Dagon, calmez vous ! Mon Seigneur, s'il vous plait, pardonnez lui, il ne sait ce qu'il fait ... [/rp]

--Page a écrit:
Ce n’est pas bon, pas bon du tout. Jean cacher derrière un tonnel observe la scène. Un garde et son seigneur à deux doigt d’en découdre. Il le sens, cela va très mal se terminé, pour l’un d’eux et dans tous les cas pour lui, car en général le seigneur Marchais termine toujours de passer ses nerfs sur son servant. Oh il ne lui en veut pas, après tout c’est à cela que sa condition de page sert, mais parfois, il aimerai bien éviter ces …. Petits désagrément. Peu être qu’une preuve de bravoure lui éviterai une sanction. Il s’en saisit de son arc, arme qu’il ne quitte jamais afin de protéger son maître quand besoin est, et prépare doucement une flèche. Non bien sur pas pour tout de suite, mais sait on jamais. Garder son maitre en vie est crucial, sinon qui c’est qui ne … le nourrira pas ? ….

Manu95 a écrit:
Je suis son garde du corps et aussi son ami ! Le seul qu'il lui reste depuis toute cette mascarade ! Vous êtes peut-être noble mais mademoiselle aussi ! Et vous vous permettez ce que vous me reprochez ! Respectez là au moins ! C'est à vous de lui faire des excuses !

Le seigneur Marchais n’a qu’une envie, c’est de lui briser les deux bras. Ce présomptueux garde qui ose lui donner des leçons ? La mort serai bien trop doux châtiment à cette offense. Il répond du tac au tac :

SEIGNEUR MARCHAIS : Je n’ai fait qu’interpeller ta maitresse, dans les règles de l’art du savoir vivre. Tu ne puis prétendre servir noblesse si tu en ignore ces règles, impertinent soldat.

Le nobliau oriente un bref instant son regard sur l’arme dégainée de son assaillant, et avant de le refixer d’un regard noir dans les yeux, les joues violacée de colère.

Une voix perse alors cette tension.

Dagon, calmez vous ! Mon Seigneur, s'il vous plait, pardonnez lui, il ne sait ce qu'il fait ...

Le seingeur Marchais ferme les yeux, et prend un grande inspiration.Sses trais se radoucissent ainsi.

SEIGNEUR MARCHAIS : Ta maitresse est bien bonne envers toi, c’est une chance que tu as.

Il tourne le regard vers sa future épouse

SEIGNEUR MARCHAIS : Je consens certes à pardonner tout comme vous, les propos irrespectueux de votre garde, ma douce promise.

Puis il retourne son regard vers Dagon, un regard s’assombrissant de nouveau avant d’hurler.

SEIGNEUR MARCHAIS : Mais pointer cette arme sur ma personne, nul rédemption ne peut y remédier !!!!

Le seigneur Marchais dégaine d’un geste brusque son épée, emportant celle de son adversaire sur le passage, et en conséquence brisant momentanément sa garde. Le langrois se met à la fin de son ample mouvement en garde pour un duel, Dagon l’imitant juste après ce premier choc.

SEIGNEUR MARCHAIS : Pointer une arme sur un noble est la pire insulte que tu puisses faire à la noblesse. A ma charge de te juger et d’appliquer ton châtiment !!! Voyons si tu as au moins le mérite d’être le garde d’une dame aussi prestigieuse !!! En garde, misérable et insignifiant petit soldat !!!!!

--Dagon a écrit:
[rp]Bousculé, irrité, Dagon se redressa rapidement, se mettant dos à sa Dame et face à son adversaire. Son ton était sarcastique. Il aimait de moins en moins sa façon de s'adresser à Angeline et encore moins sa façon de le rabaisser devant elle. Pour Dagon, elle ne méritait pas de vivre avec un homme qui ne l'aimerait point et il était bien décidé à supprimer ce promis malencontreux et de partir avec elle.

La voix d'Ange s'éleva derrière lui. Elle semblait terrorisée. Ce n'était qu'un mauvais moment à passer, ensuite tout irait pour le mieux. Son maître était à Conflans. Le temps qu'il apprenne ce qu'il se passe, il aurait emmené Ange loin d'ici. Pour vivre heureux vivons caché dit le proverbe.

Se balaçant sur ses pieds, l'épée brandie devant le Seigneur Marchais, Dagon fit une première attaque d'estoc pour juger des réflexes du Seigneur. Il savait que cet homme avait été un héros de guerre mais depuis le temps et avec l'âge, il devait bien être un peu rouillé. De plus, Dagon était jeune et avait bien souvent combattu pour protéger les Di Leostilla de leurs différents agresseurs.

Les bruits d'épées s'entrechoquant vinrent remplir l'athmosphère de la ruelle aux pavés glissants. Angeline était juste derrière lui.

Vous allez voir si je suis un petit garde insignifiant ! Aaaaaaahhhh !! Cette fois, c'est la garde haute, visant le bras du Seigneur, que Dagon fonça sur son adversaire.[/rp]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Angeline
Feu Baronne
avatar

Messages : 220
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Halle de Langres : [RP] La promise désenchantée   Ven 14 Mai - 2:06

Manu95 a écrit:
Le combat débute, les épée se croisent et tintent entre les deux hommes. Le seigneur contre le soldat, l’orgueil contre la jalousie. Son issu reste improbable, mais, la rage qui anime ce duel ne laisse peu d’espoir à une issu pacifique, a une issue sans sang versé.
Dagon après de timides tentatives, se lance vainement sur le seigneur, visant le bras de ce dernier.

Le seigneur Marchais esquive non sans afficher un court instant sa surprise. L’adversaire semble changer de garde, et vise des point certes pas critique, mais stratégique. Ce garde est loin d’être les paysan breton qu’il à jadis combattus. L’épée ne lui est pas inconnu et malgré la colère submergeant, il a garder de bon reflexe d’analise. Du sang goute sur le sol, et le seigneur Marchais observe alors son poignet gauche, sévèrement entaillé. Il n’a pas esquivé suffisamment le coup, la blessure le prouve. Ce dernier peste entre ses dent un « maudit garde » avant de changer son style. Son bras gauche ne peut plus assurée une prise fiable de son épée, alors ce sera seulement du bras droit qu’il l’embrochera.


SEIGNEUR MARCHAIS : Pas mal pour un petit gueux de ton espèce. Je ne vais pas me retenir !!!!

Le seigneur Marchais qui jusque la n’a fait que parer, se lance soudainement dans des mouvements agressif, tournoyant sa lame et visant tète, cœur jambes, sans relâche. Dagon pare les coups, non sans parfois difficulté, mais il tien bon. Il tien au point de porter lui-même de subtiles contres attaque, manquant parfois de mettre au tapis le noble Langrois. L’âge, la fatigue aussi, le seigneur Marchais n’est plus aussi endurant qu’avant, il le sait. Si ce combat perdure, il risque d’être à son désavantage. Il lui faut en finir quelque soit le moyen user. Un mouvement qu’il à travailler seul, peut l’aider. C’est le moment de l’expérimenter en réel. Dagon lève son arme au dessus de sa tête et tente de l’abattre sur celle du seigneur. Marchais pare le coup en plaçant sa propre épée au dessus de sa tête, horizontalement, alors que discrètement, au même instant, il porte sa main gauche en son mantel, en ressort un petit poignard, et plante de dernier d’un geste rapide sur la poitrine de Dagon.

--Dagon a écrit:
[rp]Un hoquet de surprise et le jeune garde s'avance vers Marchais comme pour l'attraper de ses mains. Il s'affaisse et finit à genoux. Dans un dernier soubressaut, il tente un mouvement d'épée qui tombe lourdement sur le sol. Le poignard planté dans la poitrine, Dagon lâche un dernier souffle.

Ange...

Tout s'éteind, tout s'efface, il ne reste rien que le néant ...
[/rp]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Angeline
Feu Baronne
avatar

Messages : 220
Date d'inscription : 28/07/2009
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Halle de Langres : [RP] La promise désenchantée   Ven 14 Mai - 2:54

Manu95 a écrit:
Le garde n’est plus qu’une poupée de chiffon, sans vie. Le seigneur ôte la lame de son poignard du cœur de Dagon, avant de repousser son corps et de le laisser retomber sur le sol. Avec une pointe de mépris il lâche :

Quelle tristesse d’en arrivé la

Puis, le seigneur essuies le sang qui orne l’arme du crime, avant de ranger cette dernière à la place ou elle à toujours été, caché fourbement sous son mantel.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Halle de Langres : [RP] La promise désenchantée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Halle de Langres : [RP] La promise désenchantée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Halle - Ingooigem (1.1) => Callegarin (No Skill-Shimano)
» Halle Ingooigem (1.1) - K.Boekmans (Lotto soudal)
» La Légion Etrangère à Langres (52)
» I made a promise for a change, a revolution in the night. | Joy
» Informations diverses sur Loches

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Territoire étendu de la Famille Di Leostilla :: Nice :: Le Château :: Tourelle Est :: Archives RP hors forum-
Sauter vers: